Histoire de l’Apologétique Chrétienne: l’Apôtre Pierre

L’Apôtre Pierre (c. -64 après J.-C.)

Survol de la vie et ministère de l’apôtre Pierre

            Il y a déjà beaucoup d’écrits qui parlent de l’apologétique de Paul, alors, nous allons commencer notre survole de l’histoire de l’apologétique avec l’Apôtre Pierre. Commençons avec quelques commentaires au sujet de sa vie et ministère. Nous n’avions aucune idée quand Pierre était né, mais nous savons qu’il est mort dans la persécution de Néron contre les chrétiens.[1] Dans son livre sur Pierre, Oscar Cullman introduit le livre avec l’affirmation que « Les sources pour notre connaissance de Pierre consistent principalement des écrits du Nouveau Testament. »[2] Alors, nous allons bâtir une brève biographie de Pierre à partir des faits qu’on voit dans le Nouveau Testament. Né vers le début de notre ère, Pierre venait, à l’origine, de la ville de Bethsaïda.[3] Pierre était un pêcher de métier et travailler, avec son frère André, dans la mer de Galilée.[4] Pierre et André travaillaient avec Jacques, Jean, et leur père.[5] Son nom était, à la naissance, Simon Bar-Jonas (ou fils de Jonas),[6] mais c’était changé, plus tard, par Jésus à Céphas ou Pierre.[7] C’était normal dans le premier siècle de se marier autour de 13-15 ans, et nous voyons que Pierre était déjà marié quand il a rencontré Jésus, et, qu’un des miracles de Jésus était la guérison de la belle-mère de Pierre.[8] Il semblerait, en plus, que Pierre amenait sa femme avec lui, après l’ascension de Jésus, quand il voyageait pour annoncer l’évangile.[9] On constate, de ce que nous voyons dans les Évangiles, que Pierre était un des disciples les plus importants, et que Pierre était un homme d’action, qui agissait, souvent, avant de penser (ce qui permet à John MacArthur de le décrire comme un homme qui mettait son pied, souvent, dans sa bouche[10]). On pourrait ajouter que, et c’est une platitude, Pierre savait parler et écrire la Grecque et l’hébreu. En fait, Bethaisda, comme note Cullman, est connu comme une place qui était sous l’influence de l’Hellénisme, et c’est, donc, ici que Pierre aurait non seulement appris le Grec, mais, aussi, la culture grecque.[11] C’est devenu quasiment normal de dire que quasiment tous les apôtres étaient illettrés. Le problème avec une telle affirmation est que c’est tellement vague que c’est quasiment faux. C’est-à-dire, être lettrés ou illettrés est une affirmation basée sur une comparaison avec un standard.[12] Par exemple, un diplômé d’école secondaire est illettré comparé à une personne qui à deux doctorats mérités, mais lettrés comparés à son frère ou sœur qui est en école primaire. On oublie, parfois, que les Juifs mettaient beaucoup d’importance sur l’éducation des enfants, parce qu’ils étaient un peuple du livre. C’est-à-dire, la Torah, et la connaissance de la Torah était très important pour eux, donc les enfants devaient être relativement bien éduqué pour pouvoir lire, connaître, cité, et vivre selon, la Torah.[13] Ernest Simon, par exemple, note que « Le peuple juif quasiment seul, de toutes les nations de l’antiquité, fournissait une éducation universelle pour ses enfants. »[14] On serait mieux de dire que Pierre n’était pas éduqué pour être un dirigeant religieux, mais il était éduqué, et il connaissait l’Ancien Testament que la majeure partie de la population contemporaine du monde (y compris les chrétiens et même les pasteurs chrétiens).

 

L’approche apologétique de l’Apôtre Pierre

Pierre est l’auteur, inspiré par l’Esprit-Saint, des deux épîtres générales 1 et 2 Pierre ; et il est, très probablement, la source principale pour l’évangile de Marc. La première prédication Chrétien d’être préservé en écrit est la prédication de Pierre qu’on voit en Actes 2 :14-36, 38-40. D’autres sources qui vont nous aider à comprendre la penser de Pierre sont Actes 3 :2-8, 12-26, 4 :8-12, 18-21, 5 :29-32, 10 :34-43, 15 :7-11, 1 Pierre et 2 Pierre. La manière dont Pierre voyait le ministère de Jésus se voit dans l’évangile de Marc.

Notons, premièrement, la première prédication chrétienne qui est préserver pour nous dans les écrits sainte—la prédication de Pierre en Actes 2, dans cette prédication, trouver en Actes 2 :14-36, Pierre défends : (1) les actions des disciples qui prêchaient l’évangile dans de multiples langages en disant que leurs actions sont l’accomplissement des prophéties,[15] (2) le fait que le ministère et vie de Jésus avait reçu l’approbation divine, en faisant appelle au miracles, prodiges et signes qui étaient fait par Jésus,[16] (3) la résurrection de Jésus en démontrant, premièrement, que c’est l’accomplissement des prophéties en rapport avec le Messie,[17] et, deuxièmement, en affirmant que les disciples de Jésus étaient des témoins oculaires de la résurrection de Jésus (témoignage oculaire d’un évènement historique est une des meilleures preuves que l’évènement historique est réellement arrivé),[18] et, (4) que ces faits étaient l’évidence que Jésus était Seigneur.[19] Sur la base de ces évidences, l’auteur des Actes nous informe, l’audience était touchée,[20] et voulait savoir ce qu’il fallait faire. Pierre, donc, les appelle à la repentance,[21] et il y eut « environ trois mille »[22] personnes qui se sont repenties, et qui ont accepté Jésus comme Seigneur. Quand on considère, alors, les premières prédications chrétiennes, on réalise qu’ils fondés l’appel à la repentance et au salut sur les évidences de la résurrection et divinité de Jésus Christ.[23]

Notez, deuxièmement, la recommandation que Pierre donne aux chrétiens, en 1 Pierre 3 :15-16. Ici, Pierre, parlant aux chrétiens en général, dit « Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur ; soyez toujours prêts à vous défendre contre quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous : mais (faites-le) avec douceur et crainte. »[24]  Dans ce texte, le mot défendre, qu’emploie Pierre, est la traduction du mot grec ἀπολογίαν (prononcé apologian) qui a comme sens de donner une défense, une raison ou une justification pour quelque chose. Étienne Gilson nous explique que « au sens technique du terme, une apologie était un plaidoyer juridique. »[25] Un apologète/apologiste chrétien est, alors, quelqu’un qui donne une défense de, ou une justification de (ou des raisons pour croire), la foi chrétienne et de le voir comme cohérent et digne de confiance.

Est-ce qu’il y a d’autres observations qu’on peut faire à partir des écrits de Pierre ? Un verset qui saute aux yeux se trouve en 2 Pierre 1 :16-18. Ici il dit, « Ce n’est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais parce que nous avons vu sa majesté de nos propres yeux ; car il a reçu honneur et gloire de Dieu le Père, quand la gloire plein de majesté lui fit entendre cette voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, objet de mon affection. Nous avons entendu cette voix venant du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne. » Il y a plusieurs éléments qu’il faut remarquer ici. Premièrement, Pierre écarte, immédiatement, l’idée que ce que les évangiles racontent pourrait être des mythes ou histoires inventés. Cette affirmation est particulièrement intéressante quand on considère qu’il y eut un mouvement dans les années 1800 qui affirmés que les histoires des évangiles, surtout les éléments miraculeux, n’étaient que des histoires qui était empruntés des mythes des nations qui entouraient Israël. Ce même argument a vu une renaissance dernièrement. Pierre affirme très clairement, ce ne sont pas des histoires inventées ni des fables. Ils sont quoi alors ? Le deuxième point à remarquer est que ces histoires sont les témoignages des témoins oculaires. Pierre met l’emphase sur le fait que les disciples n’ont pas inventé ces histoires, mais qu’ils ont vu et entendu les évènements dont ils parlent. C’est un élément puissant pour la défense de l’évangile. Pierre est en train de dire que ce qui s’est passé était un évènement réel—qu’ils ont expérimenté avec leur sens corporel. Mais est-ce que le témoignage d’une personne est assez pour nous convaincre de la véracité des évènements ? Il faudrait penser que oui, parce qu’une personne peut être déclarée coupable de meurtre sur la parole d’un ou deux témoins oculaires fiable. Dans les évangiles nous avons les témoignages de Matthieu, de Jean, de Pierre (dans l’évangile de Marc), et de ceux qui étaient les plus proches aux évènements, telles que les femmes dans la vie de Jésus, dans l’évangile de Luc. Ici Pierre, base sa défense de l’évangile sur le fait qu’il est, lui-même, témoin oculaire des évènements en question. Autrement dit, il ne dit pas, « C’est vrai, je le sais, parce que Dieu la dit. » Il dit, « C’est vrai, je le sais, parce que je l’ai vu. » Donc, il fait appel à ce qui s’est passé dans l’histoire pour défendre l’évangile.

Dans sa deuxième prédication, en Actes 3 :12-26, Pierre défend l’évangile (que Jésus est le Messie envoyer par Dieu, qu’il est mort, et ressuscité d’entre les morts, et, donc, que les Israelites devraient se repentir et se convertir à Christ), premièrement, en faisant appel au fait qu’ils sont des témoins oculaires de la mort et résurrection de Jésus-Christ (Actes 3 :15b). Il continue sa défense en faisant appel aux prophéties qui étaient accomplies en Jésus-Christ (Actes 3 :18b, 21b-26). Dans sa réponse aux anciens et scribes de Jérusalem, Pierre défend la vérité de l’évangile en disant qu’ils sont témoins oculaires—vus et entendu (Actes 4 :20b). En Actes 5 :29-32 Pierre défend l’évangile, encore, en affirmant qu’ils sont témoin oculaire (Actes 5 :32a) des évènements historiques qu’ils annoncez-la mort, enterrement, et résurrection de Jésus. En Actes 10 :34-43 Pierre prêche l’évangile à Corneille. Dans cette prédication il défend l’évangile, premièrement, en faisant appel à la mémoire de Corneille et ceux de sa maison, « vous savez ce qui est arrivé dans toute la Judée… (Actes 10 :37) ». Il continue, deuxièmement, en affirmant, comme nous avons déjà vu ailleurs, qu’ils sont (les apôtres) les témoins oculaires de tout ce qui s’est passé (Actes 10 :39, 41). Il finit, troisièmement, en expliquant que tous les prophètes parlent de l’évangile (Actes 10 :43). Donc, il défend l’évangile en faisant appel aux connaissances de son audience—ce qu’ils savaient déjà et pourraient vérifier ; au fait qu’il était lui-même témoin oculaire des évènements ; et au fait que les prophètes en parlent.


[1]John Foxe, Fox’s Book of Martyrs, ed. William Byron Forbush (Philadelphia, PA: Universal Book and Bible House, 1926), 5-6.

 

[2]Oscar Cullman, Peter: Disciple—Apostle—Martyr, trad. Floyd V. Filson (Philadelphia, PA : The Westminster Press, 1953), 16.

 

[3]Jn. 1 :44.

 

[4]Mt. 4 :18, Jn. 1 :40. Cf. John MacArthur, Twelve Ordinary Men (Nashville, TN: W Publishing, 2002), 37. Cullman, Peter, 17, 22.

 

[5]Lc. 5:10. Cf. MacArthur, TOM, 35. Cullman, Peter, 22.

 

[6]Mt. 16:17, Jn. 1:42, 21:15-17. Cf. F. F. Bruce, Peter, Stephen, James, and John: Studies in Early Non-Pauline Christianity (Grand Rapids, MI: Wm. B. Eerdmans Publishing, 1979), 16. MacArthur, TOM, 33. Bruce note que certaines auraient proposé que le surnom (bar-jonas) indique que Pierre avait était membre d’un groupe de terroristes Juifs (les baryonim), mais que cette théorie est peu probable (Bruce, PSJJ, 16.). Cullman, Peter, 17-18, 21.

 

[7]Lc. 6 :14, Mc. 3 :16, Jn. 1 :42

 

[8]Mt. 8 :14. Cf. MacArthur, TOM, 35, 38. Cullman, Peter, 23.

 

[9]1 Cor. 9 :5.

 

[10]MacArthur, TOM, 29, 31-32.

 

[11]Cullman, Peter, 17. Note, aussi, le remarque suivante, « Anyone brought up in Bethsaida would not only have understood Greek, but would also have been polished by intercourse with foreigners and have had some Greek culture. (Ibid., 22.) » Sur l’influence de l’Hellénisme en Israël on pourrait considérer une multitude de livres et articles. Entre autres, Louis H. Feldman, « How Much Hellenism in Jewish Palestine?” Hebrew Union College Annual, vol. 57 (1986).

 

[12]Cf. Peter Roberts, “Defining Literacy: Paradise, Nightmare or Red Herring?” British Journal of Educational Studies, vol. 43, no. 4 (Dec., 1995). Manzoor Ahmed, “Defining and Measuring literacy: Facing the Reality,” International Review of Education, vol. 57, no. 1/2 (2011).

 

[13]Cf. Nathan Drazin, History of Jewish Education: From 515 BCE to 220 CE (Baltimore: John Hopkins Press, 1940), 11-12.

 

[14]Ernest Simon, “Hebrew Education in Palestine,” The Journal of Educational Sociology, vol. 22, no. 3, Palestine (Nov. 1948), 190.

 

[15]Actes 2 :14-21.

 

[16]Actes 2 :22.

 

[17]Actes 2 :24-31.

 

[18]Actes 2 :32.

 

[19]Actes 2 :33-36.

 

[20]Actes 2 :37.

 

[21]Actes 2 :38-40.

 

[22]Actes 2 :41.

 

[23]On pourrait considérer, aussi, la prédication d’Étienne (Actes 7), etc.

 

[24]1 Pie. 3 :15. Toutes les citations de la Bible vont être prises de La Sainte Bible, Nouvelle Version Segond Révisée (France : Alliance Biblique Universelle, 1978), à moins d’être précisées autrement. Italiques les miens.

 

[25]Étienne Gilson, La Philosophie au Moyen Âge : Des origines patristiques à la fin du XIVe siècle, 2e éd. (Paris : Payot, 1962), 15.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *